Présentation des Éditions de la revue Conférence

Présentation éditions de la revue Conférence

LES sentiments et les émotions suscités par l’écrit sont trop souvent privés du corps auquel ils doivent pourtant d’exister : une matière durable. Voici au contraire des livres qui ne renoncent pas à transmettre une expérience mémorable en donnant l’idée d’une chose unique et rare.
Cultiver cette substance, à la fois spirituelle et sensible, matérielle et mentale, tel est le souci des Éditions de la revue Conférence. Restaurer le moment de l’expérience, conjuguer le plaisir de l’œil et de la main par quoi grandit et s’authentifie celui du cœur et de l’esprit.

Lire est d’abord un art, qui désire des objets délectables. Qualité des textes, profondeur de l’expérience et de la réflexion qui les traversent, tout cela veut s’associer le plus naturellement du monde à une matière heureusement disposée. Nous voyons trop de livres désincarnés, trop d’écrits traités en rebuts. Accepterions-nous de vivre à demi, l’âme et la main standardisés, au moment où nous revendiquons les droits de notre singularité ?

Les Éditions de la revue Conférence s’adressent à des esprits libres. Elles entendent simplement faire vivre ce qui mérite de prendre la forme d’un livre, et le mettre dans son meilleur jour au moment d’aborder le lieu commun qu’est l’espace public.

Dans cet espace, le bruit de la communication menace la qualité de la parole ; la production en série, le sens de l’habitation humaine ; la vitesse des échanges, la persévérance de l’esprit et la beauté du geste. Or, il est des lieux où prévalent attention, parole et patience : les librairies, avec leur vocation aussi difficile qu’amoureuse. Il est des pages ouvragées, typographiées et imprimées avec soin, qui donnent aux textes leur corps et leur rang, c’est-à-dire leur présence et leur volume dans cet espace même.

En somme, que proposent les Éditions de la revue Conférence ? De véritables objets, c’est-à-dire un corps de textes, comme dans la librairie de Montaigne. Des prémices où se rejoignent l’âme et la main, où s’animent et respirent les bibliothèques intérieures.