ÉDITIONS CONFÉRENCE -

L’invention du théâtre de Henri Lewi

L'invention du théâtreUn ouvrage de 248 pages,
imprimé sur Arcoprint 85 gr.
par les Grafiche Veneziane.

22.00 €

Comment faire vivre les textes classiques ? La réponse est ici à l’opposé de celle des anthropologues : il vaut mieux mettre l’accent sur une proximité de l’homme ancien que sur des différences qui n’intéressent que le touriste. Contrairement à ce que peuvent dire les sciences humaines, le sentiment de familiarité que peut avoir un homme de notre temps quand il lit tel texte antique n’est en rien trompeur. Il y a dans le théâtre gréco-latin une présence absolue de l’homme antique, qu’il soit le dramaturge ou son personnage. L’idée d’une différence essentielle de l’homme du présent et de l’homme antique est le dernier avatar du commentaire aristotélicien : depuis la naissance de l’esthétique dans la Prusse du XIXe siècle, il est assuré que l’art et la littérature n’existent que depuis que les théoriciens en ont inventé les concepts ; mais on confond une conscience créatrice qui est conscience absolue, de soi-même, de ses fins propres, de ses moyens, et une connaissance conceptuelle qui est celle des professeurs : connaissance laborieuse, interminable, toute relative aussi, et stérile, à moins d’imaginer que la connaissance théorique engendre l’œuvre : mais c’est le contraire.

Qui invente le théâtre, et quand ? Toutes les questions concernant l’origine attendent de l’historien un éclaircissement impossible ; l’Antiquité n’est que la surface lumineuse d’un gouffre sans fond. L’histoire, pour le théâtre comme pour toutes les formes de l’activité humaine, n’a de réalité que comme toile de fond. C’est pourquoi il importe de dénoncer l’obsession historiciste de quelques commentateurs, les mêmes qui nient l’existence d’une nature humaine, identique à elle-même à travers le temps. Les formes changent continuellement, sans doute, qu’il s’agisse de la société ou des œuvres d’art ; mais, quant à celles-ci, le processus de la création n’est pas essentiellement différent chez Eschyle et chez Balzac. L’esprit souffle où il veut, il est tout de suite au-delà de ce qui est enseigné et transmis. On diraque telle invention est déjà moderne, qu’Eschyle, Euripide et Plauteconcevaient déjà l’individu, le monothéisme ou l’athéisme ; mais le déjà est de trop : tout est dit, dès le début ; aucun grand artiste ne vient trop tard, quand il fait revivre le déjà dit et en fait son dire à lui. L’invention historique du théâtre n’est qu’une fiction ; chaque grand dramaturge, chaque grand metteur en scène ou comédien, chaque public inspiré peut-être, inventent à neuf la tragédie et la comédie.

© Meet Gavern - Free Joomla! 3.0 Template 2019