REVUE CONFÉRENCE -

Tandis que tu t’en vas et autres poèmes

MENTRE TE NE VAI
ed altre poesie. 

Traduction française
Christophe Carraud.


Mentre te ne vai 

Fiorenzuola, 6 giugno 2015 

Appesa al tuo soffio
ti conto i respiri,
ti quieto col tocco le scosse;
sei fermo, elettrico e caldo,
lontano e presente,
bisbiglio al tuo orecchio canzoni,
parole volatili, baci 

Né buio né silenzio nella stanza
la flebo chioccola come una fontana
— acquasantiera ospedaliera —
sbuffa l’acqua prima di farsi
ossigeno per il tuo respiro 

È oro colato ogni istante a guardarti,
sillabando neumi, bisbigli,
senza sapere, senza volere
nulla
solo offrire 

 

Tandis que tu t’en vas 


Fiorenzola, 6 juin 2015

Suspendue à ton souffle
je compte tes respirations
calme de la main tes sursauts ;
tu es immobile, électrique et chaud,
lointain, présent,
je murmure des chansons à ton oreille,
mots légers, baisers.

Ni obscurité ni silence dans la chambre
la perfusion gargouille comme une fontaine
— bénitier des hôpitaux —
l’eau halète avant d’être
oxygène pour ton souffle

De l’or fondu, chaque instant à te regarder,
à épeler des neumes, des murmures,
sans rien savoir, sans rien
vouloir
seulement offrir 

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?

 

© Meet Gavern - Free Joomla! 3.0 Template 2019