REVUE CONFÉRENCE -

PROSES DE LA MORT PROCHAINE (I)

 

Tout va bien, merci.

(« Normalement mal » serait plus juste, plus vrai, en regard de la marche du monde et de la nature irrémédia-blement provisoire, fragile, de ce « bien » posé là, presque lancé, pour les besoins de la cause — et pour ceux de la galerie.)

Dissiper les inquiétudes des proches (quand elles existent, et quand ils existent) sinon se bercer soi-même d’illusions.

Dissiper la curiosité des autres.

Ainsi donc : oui, merci.Écrirais-je de la mort, sinon ?Mes dernières énergies ne seraient-elle pas mobilisées

par la souffrance ? par les angoisses ?

En méditer tant bien que mal ; en écrire, pendant qu’il est temps.

M’occuper d’elle, avant qu’elle ne s’occupe trop de moi.

En passer par là, pour en mieux revenir.

 

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?
© Meet Gavern - Free Joomla! 3.0 Template 2019