UNE ASCENSION AU MONT BLANC

Présentation.

On ne sait peu de choses d’Edmund Thomas Coleman. Rien, en ce peu de choses, qui ne s’accorde étrangement avec la maigre for-tune qu’a connue son livre, Scenes from the Snow-Fields, malgré son évidente beauté.

Coleman est né en 1824. Il arrive que des notices le décrivent comme « one of the pioneers of Alpine painting » ; c’est donc un artiste avant tout. Mais cette vocation n’a pas suffi à sa postérité : amoureux de nature et de montagne, et délicat « amateur » en toutes choses, il ne sou-haitait pas poser en alpiniste ardent et chevronné, pas plus qu’en peintre éperdument lié à son art. Voilà dans ces milieux un tort impar-donnable. Sa qualité de membre fondateur de l’Alpine Club ne l’a pas protégé non plus de l’oubli d’un monde où pulluleraient les récits d’« exploits » les plus pauvres et les plus consternants. La situation, du reste, a peu changé ; la littérature alpine (et non l’alpestre) est toujours aussi pauvre et aussi consternante. Quant à la peinture de Coleman, elle n’a pas contribué à soutenir sa mémoire, et c’est injuste — car il n’est pas si simple de peindre la montagne, et lui la peint très bien. On le bou-dait, en somme, des deux côtés.

Est-ce la raison pour laquelle il en a choisi un troisième, traversant un océan et un continent pour s’établir en Colombie Britannique, où il fit à Victoria office de bibliothécaire ? Un bibliothécaire ingambe et très actif, comme en témoignent des livres ultérieurs, Mountaineering on the Pacific tout d’abord, Puget Sound and the Northern Pacific Railroad et Moutains and Mountaineering in the Far West ensuite. L’association des lieux et des livres ! Pétrarque se penchant sur des cartes vaporeuses, des manuscrits de Tite-Live parlant du mont Hémus, des textes approximatifs (comment faire autrement ?) rêvant de l’ultima Thulé — cette association, Pétrarque nous l’avait apprise. À moins, pas de raison, pas de saveur. Mais enfin, donc, pour Coleman les liens avec Londres se distendent sans se rompre pour autant : les collaborations à l’Alpine Journal sont nombreuses. Reste qu’à sa mort, en 1892, on ne trouve dans cette revue aucune notice nécrologique le concernant. Ingratitude des snobs et des techniciens. Et je consulte par exemple (à tout hasard) le Tableau littéraire du Massif du Mont-Blanc, de Claire-Éliane Engel et Charles Vallot (l’auteur des guides, quelle mer-veille ! avec derrière lui un nom accroché au vent de l’Arête des Bosses, à 4400 mètres… une manière de botanique minérale, si l’on peut dire) : eh bien, rien du tout dans le chapitre sur la littérature anglaise. Dommage, notre peintre-alpiniste fût entré dans l’index entre Colbert et Coleridge. C’est assez beau, cette aurea mediocritas choyée jusqu’au bout.

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?


Télécharger l'intégralité de ce texte en PDF (184.71 Kb)

  • novembre 2007
    • MONTAGNES D’HÉLÈNE, D’EDMOND, D’EUGÈNE.... Christophe Carraud

      De longues lignes de tristesse et de brouillard Ouvrent de tous côtés cette plaine sans fin Où les monts s’évaporent puis reprennent À des hauteurs que ne touche plus le regard : Là où nous sommes arrivés, donne ta main… Pierre Jean Jouve.   Ce qui m’avait d’abord saisi dans l’appartement d’Hélène, c’était, sur la commode, ces montagnes en modèle réduit, ces reliefs que je ne connaissais qu’immenses, engagé en eux du corps et du sang remuant l’inquiétude du départ à la nuit. Il y avait la couronne du Palü et ses glaces bleues et grises, j’in-ventais plus loin le Piz Bernina, et puis, après le verrou et la longue...

      Lire la suite : MONTAGNES D’HÉLÈNE,...

    • CHAMONIX. VINGT-SIX DESSINS Hélène Garache

      L’une des Aiguilles Rouges, depuis Montroc. Fusain sur papier chiffon Lucien Lefèvre-Foinet, 203 x 169 mm, été 1990.     Vue du Col de Balme. Les Aiguilles Rouges ; au premier plan, Les Posettes. Fusain sur papier chiffon L.L.F., 170 x 218 mm, 11 août 1987.   Dans la coulée de glace, sur la face nord de l’Aiguille Verte. Dessin depuis la station des Grands Montets. Fusain sur papier chiffon L.L.F., 218 x 169 mm, été 1987.   Crête de granit bordant le côté est des grands herbages du Col de Balme. Crayon carbone sur papier chiffon L.L.F., 140 x 195 mm, juillet 1991.   Massif de la Verte avec les...

      Lire la suite : CHAMONIX. VINGT-SIX...

    • DESSINS D’HÉLÈNE GARACHE Hélène Garache

        I.   Ces dessins ? Il a fallu les lui arracher. Et pourtant ce n’est pas qu’elle cherche à cacher ses œuvres, dont la pleine révélation lui permettrait de prendre aisément sa place parmi ces artistes eux tout à fait reconnus dans la société desquels elle vit avec modestie mais sans en subir l’influence ou en attendre particulière attention. Sollicitée de montrer elle montre, avec confiance encore que sans illusion sur l’intérêt qui est accordé à ceux qui ne semblent pas se vouloir des professionnels ; à ceux qui donnent priorité, bizarrement, à leur recherche de vérité sur le souci de la...

      Lire la suite : DESSINS D’HÉLÈNE GARACHE

    • UNE ASCENSION AU MONT BLANC Edmund T. Coleman

      Présentation. On nesait peu de choses d’Edmund Thomas Coleman. Rien, en ce peu de choses, qui ne s’accorde étrangement avec la maigre for-tune qu’a connue son livre,Scenes from the Snow-Fields, malgré son évidente beauté. Coleman est né en 1824. Il arrive que des notices le décrivent comme « one of the pioneers of Alpine painting » ; c’est donc un artiste avant tout. Mais cette vocation n’a pas suffi à sa postérité : amoureux de nature et de montagne, et délicat « amateur » en toutes choses, il ne sou-haitait pas poser en alpiniste ardent et chevronné, pas plus qu’en peintre éperdument lié à son...

      Lire la suite : UNE ASCENSION AU MONT...

    • ALTITUDES Gilbert Beaune

        Pureté. Rugueuses de gel, les herbes de l’alpe sont en rouillures brunes, noires, violettes contre les rhododendrons vert-massif, pointes de genièvre, touffes à myrtilles. Du bord du lac un névé plonge ; des éboulis aux fleurs froides trouent la neige frêle d’oc-tobre, le soleil n’arrive plus à la dissoudre. Alentour, les crêtes jaillissent, bleues de brume, cimes et pentes de blancheur, l’ori-gine des glaces, le granit, l’essor des aiguilles. Outre mesures. Seul au-dessus des forêts, par une sorte d’étage bossu entre la falaise et le val, je perçois le désert et, telle une charge de vent, la sauvagerie...

      Lire la suite : ALTITUDES