REVUE CONFÉRENCE -

L’état de l’art

Poèmes
et leur traduction par l’auteur. 

Trieste 

Smisero le bandiere e il vento
che tornava sulla piazza dal molo Audace
non trovò che noi da far garrire.
Già da lungo nel locale spento
le bugie chiamavano al sicuro,
e pure gli argini confusi scongiuravano :
«No se pol! No se pol...»
Ma tu non temi i tempi incerti,
come i cristiani e i marinai, la pace
t’insospettisce e tremi
solo prima che il palmo ti sfiori.
Così, passammo la buriana,
e quando ancora restavano sul bagnasciuga
i ventagli degli scampoli di Bora,
sola brillava senza ruga
la tua fronte serena. 

 

Trieste 

On amena les couleurs, et le vent venu
du môle Audace qui soufflait à nouveau sur la place
ne trouva que nous à tourmenter.
Il y avait déjà longtemps que dans le local éteint
les bougies invitaient à se réfugier,
et même les berges confuses nous en conjuraient :
« No se pol ! no se pol ! »
Mais tu ne crains pas l’incertitude des temps ;
comme les chrétiens et les matelots, la paix
éveille tes soupçons et si tu trembles,
c’est simplement pour l’instant où la paume t’effleure.
Nous passâmes ainsi la bourrasque ;
ne restaient plus, là où les vagues se brisent,
que des lambeaux de bora
et seul brillait, sans une ride,
ton front serein. 

 

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?
© Meet Gavern - Free Joomla! 3.0 Template 2019